La QVCT ou qualité de vie et des conditions de travail qui a succédé à la QVT (qualité de vie au travail) s’est recentrée sur des thématiques fortes en redonnant du poids aux « conditions de travail » pour mettre en place des actions efficaces et non pas seulement destinées à être agréables comme des cours de sport, l’installation d’un baby-foot et autres éléments agréables…

Les risques pour la santé et sécurité des salariés

La QVCT fait partie des thématiques de négociations obligatoires prévues par l’article L.2242-1 du code du travail. La législation intègre le thème de la santé, la sécurité et les risques professionnels qui impose aux entreprises d’au moins 50 salariés d’établir un plan pour prévenir et protéger les collaborateurs en termes de santé et de sécurité. Pour les entreprises de moins de 50 salariés, la législation impose d’établir un programme annuel qui concerne l’amélioration des conditions de travail.

La QVCT met également en exergue la responsabilité des employés en matière de risques pour la santé et la sécurité de leurs employés.

Le rôle des métiers ressources humaines est central pour construire et installer une démarche efficace pour de meilleures conditions de travail et de performance générale.

La QVCT doit impliquer les équipes dans le processus et nécessite de former les équipes encadrantes sur les différentes thématiques comme celle de la qualité de l’air intérieur.

La qualité de l’air intérieur

Depuis des années on constate une dégradation de la qualité de l’air intérieur (QAI) dans les environnements clos.

Si les sources de pollution, les taux de concentrations en polluants diffèrent d’un bâtiment à l’autre, les maux associés à cette dégradation sont généralement les mêmes même si certaines personnes allergiques, asthmatiques ou atteintes d’une pathologie respiratoire y sont beaucoup plus sensibles.

Fatigue, manque de concentration, maux de tête, baisse de performance, absentéisme et présentisme sont fréquents et impactent bien évidemment les performances de l’entreprise et ont un coût important.

L’amélioration de la qualité de l’air s’inscrit naturellement dans la QVCT et doit s’accompagner d’une prise de conscience de l’impact d’une mauvaise QAI sur la santé des salariés.

Des solutions professionnelles de surveillance et de traitement de la QAI permettent d’offrir un environnement de travail confortable, nécessaire au bien-être mais surtout qui préserve la santé de ces derniers, tout en améliorant les performances de l’entreprise.

 Antibactéries met au service des entreprises désireuses d’être actrices de leur qualité d’air intérieur, des épurateurs et capteurs connectés pour améliorer la qualité de l’air inhalé dans les locaux des bâtiments tertiaires.

#QVCT#QVT#QAI#solutionsprofessionnelles#travail#santé#entreprises